Les statistiques sont formelles, les jeunes conducteurs coûtent beaucoup plus cher aux compagnies d’Assurances que leurs aînés. Seule solution pour éviter une méga surprime de 100% du tarif de base : l’apprentissage anticipé de la conduite. La conduite accompagnée permet de diminuer considérablement le prix d’assurance.

Une fois le permis obtenu

Lors de la souscription du contrat, le jeune conducteur devra apporter la preuve qu’il a obtenu son permis suite à « l’apprentissage anticipé à la conduite » et ce au moyen d’une attestation délivrée par l’Auto-école. Il bénéficiera ainsi de conditions tarifaires avantageuses. A savoir d’une réduction d’au moins 50% de la surprime demandée aux conducteurs novices. Une surprime qui sera de nouveau réduite de moitié si le jeune conducteur n’est responsable d’aucun accident au cours de sa première année d’assurance. Une majoration qui sera totalement supprimée après deux années. Il faut cependant savoir que certaines assurances sont plus généreuses que d’autres en n’appliquant aucune majoration voire en accordant un bonus anticipé à leurs assurés ayant suivi ce type de formation. Renseignez-vous !

L’Assurance durant l’apprentissage

Le véhicule bénéficiera des mêmes garanties que par le passé. C’est à dire, que l’assuré conservera à sa charge en cas d’accident, tout ou partie des dommages en fonction de la nature de l’assurance souscrite (Tiers simple ou Tous risques) et du degré de responsabilité de l’apprenti conducteur. Il faut savoir que la franchise « conducteur novice » prévue aux conditions générales du contrat est en général plus élevée que la franchise dommages applicable aux accidents provoqués par des conducteurs expérimentés.

Les phases de l’apprentissage

L’apprentissage comprend deux phases :

une formation initiale que l’apprenti conducteur doit impérativement suivre auprès d’une auto-école agréée. A l’issue de celle-ci, il lui faudra avoir réussi l’épreuve théorique du permis de conduire (le code) et suivi une vingtaine de leçons de conduite avec un moniteur afin de pouvoir passer à l’étape suivante ;

Une phase de conduite accompagnée d’une durée de un à trois ans placée sous la responsabilité d’un conducteur confirmé de plus de 28 ans et titulaire du permis de conduire depuis plus de trois ans.

Les modalités d’inscription

Dans un premier temps, le candidat doit retirer un dossier d’inscription auprès d’une auto-école agréée pour ce type de formation. Une fois l’inscription dûment enregistrée, le propriétaire du véhicule demande alors une extension de garantie à sa compagnie ou mutuelle d’assurances. Cette dernière confirmera son accord sous la forme d’une « lettre-avenant ». L’extension de garantie sera généralement accordée sans surprime mais pourra être refusée si l’accompagnateur indiqué au contrat a été condamné pour certains délits comme conduite en état d’ébriété, délit de fuite ou homicide et blessures involontaires par exemple.

Les conducteurs concernés

Cet apprentissage s’adresse en priorité à des jeunes garçons ou filles âgés d’au moins seize ans au moment de l’inscription. Il peut également concerner de jeunes adultes de plus de dix huit ans, sans limite d’âge. Mais attention, l’âge minimal pour passer le permis reste en tout état de cause de 18 ans. Avant de passer l’examen, le jeune conducteur ou la jeune conductrice devra avoir parcouru au moins 3000 kilomètres en conduite accompagnée.

Source : autojournal.fr

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *