Bien border la couverture de son assurance automobile n’est pas compliqué, mais cela réclame un doigt de jugeote et un zeste de conseils.

Choisir son assureur

Il existe trois grandes familles d’assureurs : les compagnies traditionnelles (Axa, Gan, etc.), les mutuelles sans intermédiaire (Matmut, Macif, etc.) et les assureurs directs (Direct Assurance, Nexx, etc.). Le critère prix est l’élément prioritaire du choix mais uniquement à garanties et prestations égales. Ainsi, attention aux assurances « tous risques » très bon marché et assorties d’une franchise importante, par exemple. Certaines sociétés n’hésitent pas à procéder à une sélection draconienne du risque en n’assurant que les automobilistes à fort bonus. Renseignez-vous toujours avant de résilier votre ancien contrat.

Les jours à éviter

Proscrivez le lundi qui reste un jour noir en raison de toutes les déclarations de sinistres du week-end. Idem pour le samedi : en général, les assurés qui ne peuvent se déplacer en semaine choisissent ce jour pour effectuer leurs opérations. Évitez aussi le vendredi lorsque l’agence n’est ouverte ni le samedi, ni le mercredi (jour des enfants). En revanche, les mardi et jeudi sont des jours plus calmes au cours desquels votre assureur pourra vous consacrer davantage de temps.

Les documents à fournir

La carte grise du véhicule, ou sa photocopie s’il s’agit d’une voiture d’occasion, et le bon de commande avec le numéro de série, s’il s’agit d’une voiture neuve. Pour un changement d’assurance, vous devez produire un « relevé d’informations », document sur lequel figure votre coefficient de bonus/malus ainsi que votre sinistralité au cours des trois dernières années. N’oubliez pas non plus de vous munir de votre permis de conduire et de la photocopie du permis des personnes que vous souhaitez désigner comme conducteurs autorisés.

Les garanties à souscrire

Exigez une « tous risques » dès lors qu’il s’agit d’un véhicule neuf. Achetée d’occasion, votre voiture peut être garantie – en fonction de sa cote – au tiers avec vol, incendie et bris de glace ou au tiers simple si elle n’est plus cotée. En revanche, souscrivez toujours la garantie, dite du conducteur, qui vous indemnise pour dommages corporels dès lors que vous êtes tenu pour responsable de l’accident. Évitez de souscrire une « tierce collision » qui ne produit ses effets que si le tiers est identifié et les deux véhicules en mouvement.

L’usage du véhicule

Si vous utilisez votre voiture dans le cadre de votre vie privée, l’usage « promenade » est suffisant. Pour vous rendre au travail avec votre véhicule, vous devrez souscrire l’usage « trajet ». En revanche, si votre employeur vous demande de visiter des chantiers ou des clients, un usage professionnel devra être souscrit sous peine d’une absence de couverture en cas d’accident. Sachez que l’usage « tous déplacements », qui est le plus onéreux, ne peut être exigé que des VRP et des représentants. Il existe un usage intermédiaire plus économique adapté aux déplacements professionnels moins fréquents.

Dossier réalisé par François Artigas, source autojournal.fr

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *